LE COUP DE CHALEUR

Il fait beau, il fait chaud… parfois même très chaud…. Nous attendions, pour certains, avec impatience que le soleil brille, cependant, nous pouvons souffrir aussi de cette chaleur….

Qu’en-est-il de nos animaux ?

Chaque année, l’hyperthermie guette nos boules de poils, parfois même les rattrapent avec la mort pour conclusion…

Il est bon de faire un rappel sur les risques que comporte la chaleur pour nos chiens et nos chats qui ne sont pas immunisés contre celle-ci.

Les origines désertiques du chat en font toutefois un animal mieux adapté aux chaleurs que le chien. Lorsque les températures montent c’est tout naturellement qu’il passera sa journée à dormir dans l’endroit le plus frais qu’il puisse trouver. Grâce à un système urinaire particulier, il est aussi capable d’une meilleure rétention de l’eau qu’il boit et il peut se laver davantage pour se rafraîchir grâce à la salive qu’il dépose sur son poil.

QU’EST-CE QUE LE COUP DE CHALEUR ?

Il correspond à une hyperthermie liée aux conditions extérieures.

POURQUOI CETTE HYPERTHERMIE ATTEINT LE CHAT ET LE CHIEN ?

Le chien comme le chat est un animal qui ne sue que très peu. Tous deux n’ont que très peu de glandes sudoripares. Pour la plupart elles sont placées entre les coussinets des pattes, ce qui explique qu’ils laissent des empreintes humides derrière eux lorsqu’ils marchent pendant l’été. Cependant, elles sont beaucoup moins nombreuses que chez les humains, et ne permettent donc pas un refroidissement efficace en cas de grosse chaleur. C’est pourquoi leur température corporelle peut vite grimper et provoquer un fort mal-être.

LE CHAT ET LE CHIEN ONT ILS UN MOYEN DE REGULER LEUR TEMPERATURE EN TEMPS NORMAL ?

Quand il fait trop chaud (de manière raisonnable) ils ont cependant des moyens de refroidir leur corps.

  1. La respiration

Elle joue un rôle important (plus marquée chez le chien que chez le chat). Lorsque le chien ou le chat est dans un environnement surchauffée ou qu’il est stressé (ce qui lui donne un « coup de chaud » comme pour les êtres humains d’ailleurs), sa respiration va s’accélérer. L’air expiré (rejeté) est chargé de vapeur d’eau qui « transporte » la chaleur vers l’extérieur. L’animal inspire alors de l’air plus frais qui l’aide à refroidir son corps. En accélérant sa respiration, en en haletant, il permet une évacuation plus rapide de l’air chaud et humide des poumons pour le remplacer par un air plus sec et frais. S’il est dans un environnement très chaud et très humide (air chaud et humide respiré) ou qu’il a des difficultés respiratoire (impossibilité de ventiler plus vite ou correctement), cet échange est inefficace. De la même façon, il humidifie sa langue avec de la salive et il l’expose à l’air ambiant en ouvrant la gueule. Au contact de l’air, cette humidité s’évapore et emporte avec elle une partie de la chaleur corporelle du chien. Le sang situé dans la langue et la gueule se refroidit et en circulant ensuite dans le reste de l’organisme, il refroidit aussi l’ensemble.

2) L’évacuation de la chaleur par la tête

Lorsque les températures augmentent, les veines situées au niveau de la tête et des oreilles, se dilatent, pour apporter davantage de sang près de la surface de la peau, zone naturelle d’échanges thermiques. Une fois refroidi, ce sang repart ensuite dans le reste du corps et contribue à la régulation de la température corporelle.

Ce n’est pas un hasard si le Fennec, le Lycaon, le chat des sables ou le Chien du Pharaon, qui vivent tous dans des climats très chauds, ont de grandes oreilles : il s’agit pour eux d’un moyen de se refroidir efficacement.

QU’EST-CE-QUI PROVOQUE LE COUP DE CHALEUR ?

De cet incapacité à refroidir le corps, découle le coup de chaud : une surchauffe et donc une montée de température qui devient dangereuse lorsqu’elle dépasse les 40,5 degré à 41 degré. Il faut savoir que la température normale du chien ou du chat se situe entre 38 et 39 degré.

1° Prédisposition raciale

  • Certaines races dont la gueule est écrasée (brachycéphales) souffriront plus soumis au coup de chaud : pékinois, carlin, lhassa apso, terrier du tibet, boston terrier, bouledogue, boxer, dogue de bordeaux, épagneul japonais, chat persan….

  • D’autres petites races comme le chihuahua, le loulou de Poméranie, le yorkshire, sont également prédisposées au collapsus trachéal (qui correspond à un affaissement progressif de la trachée sur elle même) : ils supportent donc mal les halètements prolongés, ce qui réduit leur capacité à se refroidir en cas de besoin.

  • Les chiens nordiques : la plupart ont une importante couche de graisse sous-cutanée et un pelage très épais destiné à les protéger du froid. Cette protection est amplifiée quand ils ont une robe de couleur noire. En pays tempéré ou chaud, à la saison estivale, lors d’efforts intenses, ces animaux seront prédisposés aux coups de chaleur

2° Le pelage

Le pelage ne sert pas qu’à tenir chaud pendant l’hiver, il protège l’animal aussi en été car le sous-poil joue un rôle d’isolant thermique qui repousse la chaleur, en plus de prévenir les coups de soleil. C’est pour cette raison qu’un chien ou chat à peau nu peut être davantage à la peine en été que ses congénères. Attention donc aux rasages intempestifs des robes.

La structure et la couleur de la robe ont aussi un impact : un pelage, long, dense et de couleur foncée capte davantage les rayons du soleil et la chaleur qu’un autre plus fin ou de couleur plus claire (exemple : chow chow, Terre-Neuve, Bouvier Bernois, Saint Bernard, Colley d’Ecosse…)

Ce rôle joué par le pelage explique pourquoi la plupart des chiens muent à l’approche des beaux jours : ils perdent leur fourrure épaisse au profit d’un poil moins dense et généralement un peu plus clair. L’inverse ses produit à l’automne lorsque le froid approche.

3° L’âge

Les animaux âgés ont souvent une pathologie respiratoire ou cardiaque favorisant un coup de chaleur.

Le système de thermorégulation d’un animal n’a pas la même efficacité tout au long de sa vie : il est pleinement opérationnel à l’âge adulte, mais peu performant à la naissance et au delà d’un certain âge.

Ainsi, les chiots et les vieux chiens sont plus vulnérables à la chaleur et au froid, que les autres. Comme ils ont de surcroît tendance à moins s’hydrater que leurs congénères, ils sont davantage sujets à la déshydratation, ce qui réduit du même coup leur capacité à haleter efficacement.

4° L’obésité

L’obésité gêne considérablement les mouvements respiratoires : la fonction respiratoire et donc la régulation de la température corporelle en sont altérées.

LES CIRCONSTANCES POUVANT PROVOQUER UN COUP DE CHAUD

1° La voiture

Le coup de chaleur de l’animal dans une voiture est le plus fréquent et le plus mortel. Un chien ou un chat peut mourir en moins de 30 minutes dans une voiture même par temps doux (20 à 25 degré) et ombragé.

2° Exercice physique

La production d’un exercice trop important dans des circonstances de chaleur peut faire basculer l’animal en surchauffe (on a en plus la destruction des fibres musculaire et de problèmes rénaux qui peuvent survenir).

SYMPTOMES

  • halètement très marqué car la fréquence respiratoire augmente fortement

  • lié à cet halètement : une forte salivation, la gueule qui mousse

  • des vomissements qui vont augmenter la déshydratation par perte d’eau

  • l’agitation se met en place : l’animal n’est pas confortable

  • les vaisseaux sanguins se dilatent fortement (vaso-dilatation) afin d’évacuer la chaleur, mais provoque une concentration de sang dans le cerveau : cela provoque un œdème cérébral (l’animal commence à avoir des difficultés motrices, une baisse de vigilance, des troubles de la coagulation sanguine)

  • les muqueuses (babines, truffe, gencives) deviennent bleu/violacées car il n’y a plus assez d’oxygène dans le sang : c’est la cyanose.

  • Ensuite viennent l’abattement et la prostration. Des convulsions (tremblements violents) peuvent se manifester

  • la dernière étape est la mort du chat ou du chien…

QUE FAIRE LORS D’ UN COUP DE CHALEUR ?

  • Sortir l’animal des conditions qui ont créé la crise et le mettre au frais
  • Appelez le vétérinaire car c’est une urgence vitale : une perfusion peut s’avérer indispensable pour le ré-hydrater et accroître le refroidissement de l’intérieur
  • placer l’animal à l’ombre ou dans une pièce aérée
  • vous pouvez initier en attendant, le refroidissement mais progressivement, pour éviter le choc thermique. On lui applique un linge frais et humide sur le corps et la tête, puis ensuite au bout de 5 minutes, on peut le doucher avec de l’eau fraîche mais pas trop froide (20-22°C) en prenant régulièrement sa température. Cela peut se faire dans une baignoire, avec la douchette, en faisant en sorte que les pattes trempent dans l’eau.

  • On peut aussi utiliser des glaçons (dans une serviette) qu’on placera autour de la gorge, des aisselles, et à l’intérieur des cuisses (région inguinale)

  • Présenter de l’eau fraîche à votre animal et le laisser se servir. Ne pas le forcer à se désaltérer car cela pourrait engendrer une fausse route, c’est-à-dire une descente d’eau dans les poumons.

L’hyperthermie provoque des lésions irréversibles des protéines et une destruction de nombreuses cellules de l’organisme. Il s’ensuit une défaillance généralisée de tous les organes : cœur, système nerveux, foie… Le pronostic est réservé sur plusieurs jours (4 en moyenne). Même si l’état du chien s’améliore rapidement, des lésions (rénales en particulier) peuvent n’apparaître que tardivement.

Une surveillance vétérinaire s’impose pendant plusieurs jours. Le vétérinaire pourra recourir à l’oxygénothérapie (au masque) et mettre en place une perfusion. Le traitement fait ensuite appel à différentes molécules en fonction de l’état de l’animal et des complications notées. Le taux de mortalité est maximal au cours des premières 48 heures et, si l’animal survit au delà de 72 heures, le pronostic s’améliore. Des complications tardives sont toujours possibles comme l’apparition d’une insuffisance rénale chronique.

EVITER LE COUP DE CHALEUR

1° Ne laissez jamais votre chien dans un endroit fermé et très chaud comme une voiture ou le coffre d’une voiture, même pour quelques minutes et même si les fenêtres sont entrouvertes.

2° Lors d’un trajet en voiture, mettez la climatisation ou ouvrez les fenêtres faites des pauses au moins toutes les 2 heures pendant lesquelles vous aérerez votre chien et proposerez de l’eau fraîche.

3° Veillez à ce qu’il n’ait pas une activité physique trop intense : séance de jeux, sport canin….

4° s’il fait vraiment trop chaud, évitez toute promenade trop longue et arrêtez-vous de temps en temps, des des coins ombragés et frais. Préférez les promenades aux heures les moins chaudes de la journée.

5° Veillez à ce que votre chien ait un accès à de l’eau fraîche en permanence. Cela vaut quelle que soit sa race, son âge, son sexe, son niveau d’activité, la météo du jour. On peut y mettre régulièrement des glaçons dedans.

6° Lors des promenades, apportez avec vous une bouteille d’eau fraîche et un bol ou une gourde pour chien. Cette précaution est essentielle car un chien déshydraté ne peut pas haleter efficacement et donc ne parvient pas à se refroidir en cas de besoin. Ne pas les promener aux heures les plus chaudes. Pendant l’été, les horaires de promenade doivent donc être modifiés pour avoir lieu plutôt en tout début ou en toute fin de journée, lorsque les températures sont plus agréables.

Evitez de laisser votre animal sur une surface asphaltée trop longtemps. Lors de journées chaudes, la température au sol peut-être de 45 degré Celsius et peut même dépasser les 50 degrés Celsius. Il y a également des risques de brûlures aux coussinets. Le problème est d’autant plus important pour les chiens de petites tailles Les prendre dans les bras le plus possible.

7° mouillez ses pattes et son ventre

8° Lui proposer une petite piscine pour qu’il puisse s’y rafraîchir ou un tapis rafraîchissant

9° Enfin, la durée d’acclimatation à un nouvel environnement chaud est d’environ 7 à 10 jours. Il faut donc préserver votre animal pendant les premiers jours de votre voyage dans une région chaude.

10° Vous pouvez donner au chien quelques glaçons à sucer ou une friandise congelée à mâchouiller. Essayez de fabriquer de la crème glacée pour chiens ou des sucettes glacées. Ne pas donner cela à un chien surchauffé ( en coup de chaleur) car il y a alors risque de choc thermique…

11° SPECIAL CHAT :

  • Si vous vous inquiétez que votre chat ne boive pas assez, offrez lui du thon imbibé d’eau fraîche, ou optez pour une fontaine à chat : le filet d’eau constant de la fontaine l’incitera probablement à boire plus souvent. Prenez bien soin de laisser en permanence un récipient rempli d’eau à température ambiante à la disposition de vos animaux. Lui mettre de l’eau dans plusieurs endroits de la maison ou de la pièce, la changer régulièrement pour la garder fraîche, ou placer sous la coupelle un bloc de glace pour la maintenir fraîche.

  • On peut caresser le chat avec un gant humide

  • Votre chat peut s’hydrater avec sa nourriture : lui proposer des légumes cuits, comme des haricots verts, de la courgette, ou des pâtées plutôt que des croquettes. Pour les cuisinières, on peut faire des cubes de gelée avec un bouillon de poisson : le chat viendra s’hydrater.

  • Ne pas raser le pelage du chat : certains pourraient penser l’aider en le tondant ce qui est une mauvaise idée. Les poils lui servent justement de protection contre la chaleur. Seuls quelques races aux poils très longs peuvent se les voir raccourcir mais très peu. Une tonte à ras l’exposerait davantage aux coups de soleil. En revanche le brosser régulièrement pour lui enlever tout l’excédent de poils.

  • Pas de douche : il est préférable d’humidifier son pelage avec de l’eau tiède à l’aide d’un gant ou d’une serviette humide.

  • De l’eau pour ses coussinets : comme le chien, le chat a les coussinets sensibles à la chaleur. On peut les humidifier pour l’aider à se rafraîchir surtout quand il revient de l’extérieur.

  • Le garder à l’intérieur aux heures les plus chaudes de la journée

  • lui aménager un coin dans une pièce ventilée ou à l’ombre

  • le vaporiser avec un brumisateur (s’il l’accepte)

  • lui offrir la fraîcheur d’un ventilateur ou d’un climatiseur

https://www.futura-sciences.com/

https://www.fregis.com/

https://conseils-veto.com/

https://www.santevet.com/

https://www.toutoupourlechien.com/

https://www.veterinaire-alliance.fr/

https://www.chien.com/

0 réponses

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *